Toutes les actualités

Présentation du lit de parade de l'Elysée au temps de Murat

10 septembre-24 octobre 2014

Présentation du lit de parade de l'Elysée au temps de Murat

Présentation du lit de parade de l'Elysée au temps de Murat

Lit de parade de l'Elysée au temps de Murat
Présentation du lit de parade de l'Elysée au temps de Murat grâce au prêt exceptionnel du Mobilier national, le temps de la restauration du lit de l'impératrice Joséphine, 10 septembre-24 octobre 2014

En 1812, Joséphine commande pour sa chambre qu'elle vient de faire entièrement réaménager, un nouveau lit à l'ébeniste Jacob-Desmalter. Tout de bois doré, celui-ci s'impose par sa magnificence et la présence des cygnes qui encadrent le dossier. L'impératrice y meurt le 29 mai 1814.

 

Au moment de la vente du château en 1828, la chambre est vidée de son contenu, de ses boiseries et de ses tentures, le lit part à Munich où réside la belle-fille de l'Impératrice, veuve de son fils Eugène.

 

En 1861, Napoléon III, petit-fils de Joséphine, rachète Malmaison, qui lui rappelle ses souvenirs d'enfance. Par fidélité à la mémoire de sa grand-mère, il souhaite reconstituer à l'identique sa chambre. A défaut de replacer la couchette d'origine, restée dans la descendance de son oncle Eugène, on fait venir du Garde-meuble, en 1866, un lit Empire, d'une très grande richesse, dont certains éléments décoratifs rappelent ceux du lit de Joséphine. Livré pour la chambre de parade du palais de L'Elysée au temps de Murat, beau-frère de Napoléon, il avait été réalisé par le même ébéniste. On lui ajoute un cygne dans son dossier pour le rapprocher au mieux du lit de Joséphine.

 

 

En 1868, le duc de Leuchtenberg, petit-fils d'Eugène, offre le lit de leur aïeule à son cousin Napoléon III. Il est remis aussitôt en place et le lit de l'Elysée Murat retourne au Garde-Meuble.

 

Aujourd'hui, grâce à ce prêt exceptionnel du Mobilier national, le lit de parade du Palais de l'Elysée sous l'Empire peut reprendre la place qu'il a occupée pendant deux années sous le Second Empire.