Tous les événements

L’étiquette à Malmaison : dans la familiarité de Joséphine

L’étiquette à Malmaison : dans la familiarité de Joséphine

L’étiquette à Malmaison : dans la familiarité de Joséphine

Portrait inachevé de l'impératrice Joséphine - Pierre Paul Prud'hon
Vendredi 20 novembre 2015
Musée national du château de Malmaison
Avenue du château de Malmaison
92500 Rueil-Malmaison
FR
Christophe Pincemaille, chargé d’études documentaires principal, musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
Adultes
Au temps de Joséphine, Malmaison fonctionnait selon le mode d’organisation que l’Étiquette des palais impériaux avait codifiée de façon très stricte. Malgré ses airs de campagne, ce petit château à l’orée des bois offrait le spectacle de la cour aux champs.

20.11.2015-03
20.11.2015-04
20.11.2015-05
 

Des attributions de la dame d'honneur
  • Art. V. La dame d’honneur est chargée de tout ce qui concerne le service de notre chambre : elle nous propose la nomination des huissiers, des valets de chambre, des femmes de garde-robe et des gardes et garçons d’atour .
  • Art VI : Elle est pareillement chargée de tous les détails de la toilette et de ceux de la cassette. Les fonds de ces dépenses sont remis par le caissier-payeur, par douzième et par mois, conformément au budget, savoir : ceux de la toilette à la dame d’honneur, et ceux de la cassette à nous-même [l’impératrice].
  • Art VII : Les traitements et gages de toutes les personnes attachées au service de la chambre sont acquittés par douzième, chaque mois, par le caissier-payeur, suivant les fixations réglées par le budget, et sur les quittances des parties prenantes, sans qu’il soit besoin d’ordonnances. Il en est de même à l’égard des dépenses du service d’honneur et de celle du culte.

La chambre 

  • 4 femmes de chambre
  • 1 lectrice
  • 3 valets de chambre, dont un tapissier
  • 1 baigneuse
  • 1 coiffeur

Les atours

  • 1 garde des atours
  • 2 aides aux atours 
  • 1 garçon d’atours emballeur
  • 2 femmes de garde-robe 
  • 1 aide à la lingerie
  • 1 suisse d’appartement 
  • 2 basques 
  • 2 hommes de peine

20.11.2015-09
20.11.2015-10
20.11.2015-11

 


Navarre, 24 décembre 1810 :

Je t’ai mandé que l’empereur avait bien voulu m’assurer qu’il s’occupait de nommer aux places de ma maison. Il y en a une que je ne lui ai pas demandée parce qu’elle n’est pas portée sur l’état de la première organisation, mais dont chaque instant de mon séjour ici me fait sentir la nécessité, ce serait celle d’un officier tel que maréchal des logis ou tel autre titre qu’il plaira à l’empereur pour exercer dans l’intérieur la police et la surveillance des travaux. Figure-toi que je suis sans cesse entourée d’ouvriers de tous les genres dont chacun ne sait ce qu’il a à faire. Ce sont des bras qui s’agitent dans tous les coins du château et comme il plaît à tout le monde, sans aucune tête qui les dirige. M. Pierlot ne peut pas être ici constamment et à demeure. .. Il en résulte qu’il n’y a pas d’ordre et qu’à force de faire et de défaire tout va mal et rien n’avance. Je crois que la création d’une place comme celle dont je parle remédierait à ces abus.... Fais-moi le plaisir de soumettre ma demande à l’empereur. S’il ne jugeait pas convenable de former pour ma maison d’autres places que celles qui existent déjà, tu pourrais lui proposer de nommer M. de Vaux comme chambellan, chargé spécialement de la police et de l’inspection du palais.

[Joséphine à Hortense, n° 402, p. 288]


Titre III Des attributions du chevalier d’honneur

  • Art. VIII : Le chevalier d’honneur, dans les cérémonies ou audiences, se tient derrière notre fauteuil, à notre droite, pour recevoir nos ordres ; il nous accompagne dans nos voyages ; il a la police générale du palais où nous résidons ; il commande aux détachements de la garde qui y font le service, leur donne les consignes et l’ordre, et reçoit les rapports des chefs de poste.
  • Art. XI : Le chevalier d’honneur, à notre arrivée dans un palais, se fait représenter par le concierge l’état du mobilier ; il fait à l’intendant général, après avoir pris nos ordres, les demandes relatives à l’entretien, à l’ameublement et embellissements, et il en surveille l’exécution. Il a la distribution des logements et des tables…
  • Art. XV : Le chevalier d’honneur a la surveillance sur le service de la bouche et en règle les détails journaliers pour lesquels le contrôleur de la bouche prend ses ordres.

20.11.2015-14
20.11.2015-15
20.11.2015-16
20.11.2015-17
20.11.2015-18
20.11.2015-19
20.11.2015-20

 


Le contrôleur de la bouche

  • Art. XVI : Le contrôleur de la bouche est chargé de tout ce qui concerne le service de la cuisine, de l’office, de la cave, de l’éclairage, du chauffage, du blanchissage, de la lingerie, de l’argenterie, des porcelaines, verreries et faïences, et des batteries de cuisine et d’office. Il se concerte avec le sommelier en chef, pour tout ce qui concerne le service de la cave. Il a sous sa direction tous les employés attachés au service de la table et de la bouche. Il pourvoit aux approvisionnements journaliers, en débat les prix et les acquitte avec les fonds d’avance que l’intendant général lui fait remettre par le caissier-payeur...

20.11.2015-24
20.11.2015-25
20.11.2015-26
20.11.2015-28
20.11.2015-28
 
T
itre IV – Des attributions du Premier Ecuyer
  • Art. XIX : Le service de nos écuries est exclusivement dirigé et surveillé par notre Premier Ecuyer, et en son absence par celui de nos écuyers ordinaires désignés par nous. Il propose à tous les emplois de son service
  • Art. XX : Il est chargé de pourvoir à la nourriture et entretien des chevaux en santé et en maladie ; au renouvellement des chevaux hors de service ; à l’achat et à l’entretien des voitures et harnais et autres dépenses de son service…
  • Art. XXI : Aucune commande de voiture, aucun achat de chevaux ne peuvent être faits qu’après qu’il nous en a rendu compte en notre Conseil, et que nous les avons approuvés.

Navarre, 21 août 1811:

La nomination de mon intendant n’ayant précédé que de peu de jours mon départ pour Navarre, j’ai eu ici beaucoup d’occupations. Tous les services de ma maison avaient besoin d’être remontés, surtout celui des écuries, qui était dans un désordre dont tu ne te fais pas idée. L’empereur n’en avait ordonné l’examen que pour 1810 et, d’après le rapport qui lui a été fait, il a suspendu mon premier écuyer de ses fonctions en l’envoyant dans un régiment, et il a chargé M. de Pourtalès du commandement de mes écuries. Mais l’empereur ignore tout le désordre de l’administration de M. de Monaco. d’après les mémoires envoyés à l’intendance, il était dû aux fournisseurs des écuries plus de 100 000 francs pour les sept premiers mois de 1811, quoique le budget ait été payé exactement. Mon écurie m’en a coûté à la fin de l’année pour deux ans 500 000 francs, et il est résulté de tant de dépenses qu’il ne me reste que 52 chevaux, dont 23 de mon anciennes écuries, et pas une voiture nouvelle. Je reçois journellement des plaintes de pauvres fournisseurs à qui M. de Monaco a fait changer la date de leurs mémoires pour le porter de 1810 sur 1811, et de manière qu’ils ne savent plus qui leur doit de moi ou de M. de Monaco, sans compter des emprunts faits par avance de la manière la plus inconvenante. En vérité, si ce n’est pas là de l’escroquerie, cela y ressemble beaucoup. J’attends le rapport général de mon intendant pour demander à l’empereur que M. de Monaco ne soit plus mon premier écuyer.

[Joséphine à Hortense, n° 420, pp. 298-299]


20.11.2015-32
20.11.2015-33
20.11.2015-34
20.11.2015-35
20.11.2015-36

 
Titre V – Des attributions de l’Intendant général
  • Art. XXIV : L’Intendant général est chargé de tout ce qui a rapport à l’administration de nos domaines et au recouvrement de nos revenus, au renouvellement des baux, à l’entretien des bâtiments d’exploitation, aux aliénations, acquisitions et échanges ordonnées par nous, et à la défense de nos intérêts devant les tribunaux, s’il y a lieu. Il procède à l’adjudication des bois de notre apanage qui ne peuvent sous aucun prétexte, être vendus aux enchères, et en fait verser le produits, soit en numéraire, soit en effets au caissier-payeur…
  • Art. XXV – Il arrête les comptes des régisseurs de nos domaines

20.11.2015-38
20.11.2015-39
20.11.2015-40
20.11.2015-41
20.11.2015-42
20.11.2015-43
20.11.2015-44

Malmaison, 1 novembre 1813:

J’espérais aller passer quelques jours à Saint-Leu, mais cela me sera impossible. Je suis occupée en ce moment des comptes de ma maison et de mon budget, ce qui me prend beaucoup de temps.

[Joséphine à Hortense, n°497, p.357]


20.11.2015-46
20.11.2015-47