Tous les événements

Sainte-Hélène/Malmaison : ouverture de nouvelles salles

Sainte-Hélène/Malmaison : ouverture de nouvelles salles

Sainte-Hélène/Malmaison : ouverture de nouvelles salles

Rex
A partir du 13 décembre 2017
Musée national du château de Malmaison
Avenue du château de Malmaison
92500 Rueil-Malmaison
Tout public
Présentation permanente d'oeuvres ayant trait à l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène

Le musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau conserve une exceptionnelle collection de souvenirs de l’exil de l’Empereur Napoléon sur l’île de Sainte-Hélène de 1815 à sa mort, en 1821. Ces œuvres, qui n’avaient pas été montrées au public depuis une vingtaine d’années, feront l’objet d’un parcours permanent au second étage du château à partir du 13 décembre 2017.

Cette présentation permettra de redécouvrir l’inestimable richesse de cette collection qui comprend notamment le lit de campagne sur lequel fut exposé le corps de l’Empereur, des meubles de ses diverses résidences, ses chapelles d’argent et de vermeil ou le masque mortuaire conservé par son médecin. Cet ensemble sera complété par des œuvres marquantes de la Légende napoléonienne comme Le Tombeau de Napoléon à Sainte-Hélène de François Gérard ou C’est fini ! d’Oscar Rex. Certaines pièces, fragiles, seront exposées par roulement, tandis que des dépôts, venus notamment des Domaines français de Sainte-Hélène et du musée de l’Armée, feront l’objet de présentations temporaires.

            

Défini par l’équipe scientifique du musée, le programme s’articule autour de trois axes principaux :

  • Une première section sera consacrée à la vie quotidienne de Napoléon et de ses compagnons sur l’île de Sainte-Hélène. Les deux résidences de l’Empereur, les Briars et Longwood, seront évoquées grâce à des meubles emblématiques, comme le canapé de Napoléon, et des objets familiers provenant de France (assiettes de la manufacture de Sèvres, nécessaire de Biennais) ou achetés sur place. Plus inattendu, le goût de l’Empereur pour les objets asiatiques sera rappelé grâce à son immense paravent en laque de Canton, tout comme son intérêt pour le jardinage qui lui permet de passer le temps. Enfin, des souvenirs intimes montreront comment Napoléon tente de se rapprocher par l’esprit de ceux dont il est séparé, tout particulièrement son fils.
  • La deuxième section du parcours reconstituera la chambre mortuaire de l’Empereur grâce au lit de campagne sur lequel a été exposé son corps juste avant son autopsie. Offerts par sa mère, les objets liturgiques composant sa chapelle ainsi que son crucifix rappelleront ses derniers moments, tout comme le masque mortuaire provenant de la famille de son médecin, Antommarchi.
  • La troisième section du parcours s’attachera à montrer comment la mort de Napoléon, loin de mettre un terme au mythe, ne fait qu’amplifier la ferveur entourant l’Empereur, qui devient une véritable figure légendaire. Relativement discret jusqu’en 1830, ce culte s’affiche au grand jour sous la Monarchie de Juillet et culmine dix ans plus tard avec l’expédition du Retour des cendres. Plusieurs souvenirs, dont une spectaculaire lampe de sanctuaire, rappelleront cette épopée, menée par le fils du roi Louis-Philippe en personne. La Légende napoléonienne donne lieu à une abondante production artistique, parfois de très haute qualité comme le souligneront les tableaux de Jean-Baptiste Mauzaisse, François Gérard et Oscar Rex présentés à la fin du parcours.

 

            La scénographie de ces nouvelles salles a été confiée à l’atelier jsl et le graphisme à l’atelier Pentagon.