Cadre renfermant des plantes de Sainte-Hélène

Cadre renfermant des plantes de Sainte-Hélène

Cadre renfermant des plantes de Sainte-Hélène

Dernières acquisitions
Partager
Origine et date: 
Acquis en vente publique avec préemption
Artiste(s): 

Dimensions :

27
24

Ce cadre renferme un ensemble de modestes graminées ainsi qu’une tige qui serait, selon l’étiquette collée au dos du cadre, une petite branche de saule (qui semble, hélas, avoir perdu ses feuilles). Ces végétaux furent prélevés à Sainte-Hélène, près de la tombe de Napoléon, par le prince de Joinville, à l’occasion de l’expédition du Retour des Cendres. L’inscription qui l’accompagne est datée du 15 octobre 1840, date précise de l’exhumation du cercueil, suivie de la découverte du corps de l’Empereur, presque intact.

De nombreux souvenirs furent rapportés de l’île et ce, bien des années encore après le départ de son hôte le plus célèbre ; parmi ces objets souvent très modestes les végétaux tiennent une place importante : au premier rang, tout naturellement, les feuilles, voire les boutures du saule ombrageant la tombe ; ce furent aussi souvent de simples feuilles ou branches d’autres plantes, tant le pouvoir d’évocation de leur origine était fort.

Ce petit cadre proviendrait, selon le catalogue d’une vente antérieure, des collections du duc de Massa ; peut-être s’agit-il d’André Philippe Alfred, troisième duc de Massa (1837-1913) grand amateur de musique, qui possédait, notamment, la partition imprimée de Dalayrac, La jeune Prude, ou Les Femmes entre elles (Malmaison, inv.M.M.40.47.8453), ouvrage dédié à l’impératrice Joséphine (le premier plat de reliure portant cette dédicace).