Portrait de la reine Hortense

Portrait de la reine Hortense

Portrait de la reine Hortense

Malmaison à travers 28 oeuvres
Partager
Matière et technique: 
Huile sur toile
Origine et date: 
Monogrammé et daté en bas à gauche ALGDRT/1813

Dimensions :

0,690
0,560

Ce tableau n'est pas le mieux connu parmi les nombreux portraits de la reine Hortense, dont le portratiste attitré semble plutôt avoir été Gérard. Deux exemplaires de ce tableau sont connus: l'autre appartient aujoud'hui au Rijksmuseum d'Amsterdam et présente quelques variantes (notamment la robe, rouge); la plus importante de ces modifications est la cascade que l'on aperçoit au fond du tableau d'Amsterdam et qui a disparu ici; la raison de cette disparition, dans ce portrait daté de 1813, est très probablement la mort accidentelle d'une amie de la reine, Mme de Broc, qui se noya sous ses yeux dans un torrent, lors d'un voyage en Savoie, le 10 juin de cette même année – il devenait délicat de montrer un torrent dans un portrait de la reine, durement affectée par cet accident.

On peut encore noter une curieuse inexactitude: les cheveux d'Hortense, d'un châtain très clair, presque blonds, deviennent ici d'un noir de jais; c'est pourtant ainsi que le graveur Jean-Nicolas Laugier (1785-1865) reproduisit l'oeuvre sous l'Empire.

La simplicité de mise en scène de cette effigie n'exclut pas la présence d'éléments riches de sens: le diadème évoque, sur le mode mineur, la couronne royale qui pesait tant au front d'Hortense; la grotte rocheuse n'est pas sans parenté avec celle des Funérailles d'Atala (1808; musée du Louvre). Tout contribue à fixer l'image d'une femme attirée par la beauté simple de la nature, ne reculant pas devant la solitude d'une vie dégagée de contraintes officielles.

Oeuvre récupérée à la fin de la seconde guerre mondiale, déposée en 1954 par le musée du Louvre, département des peintures; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires.