Toutes les actualités

Le mobilier en Corse au temps des Bonaparte

Exposition du 06 avril au 08 juillet 2018

Le mobilier en Corse au temps des Bonaparte

Le mobilier en Corse au temps des Bonaparte

du 06 avril au 08 juillet 2018

Ouverte tous les jours sauf le lundi, de 10h00 à 12h30 et de 13h15 à 17h30. Arrêt des entrées 30 minutes avant la fermeture

 

 

Le mobilier en Corse au temps des Bonaparte

Dans toutes les régions d’Europe, le mobilier a fait l’objet de publications importantes par les historiens d’art : il est l’un des marqueurs les plus importants des identités locales. En Corse, à l’exception d’un travail documenté sur les techniques de l’ébénisterie insulaire, il n’existait rien de tel.

Abritant l’une des plus importantes collections de mobilier des musées de Corse, il était écrit que le musée national devrait se pencher un jour sur la constitution de l’ameublement de la maison natale de Napoléon, tout en étudiant cet ensemble à l’aune des aménagements des autres maisons patriciennes de l’île.

La durée sur laquelle s’attarde cette exposition survole le XVIIe, siècle de fer des Génois, et le XIXe siècle après 1815-1820, car les styles Restauration et Second Empire n’offrent pas les courants multiples, sinon opposés, du XVIIIe siècle. Ce siècle d’or de la Corse est aussi celui de l’ascension des Bonaparte dans une partie de la Méditerranée où s’affrontent la République de Gênes, les Habsbourg de Vienne, les Bourbon de France, de Madrid et de Naples, et les Anglais.

En Corse proviennent des meubles de Paris et de Provence (Marseille, Aix), des meubles génois, toscans, milanais et romains. Nos ébénistes peuvent soit imiter les modes nouvelles, soit s’inscrire dans un temps plus long, par exemple en reproduisant le modèle de la table « pisane », qui mériterait bien mieux le nom de table d’Orezza comme le propose Pantaléon Alessandri.

Pour les élites corses du temps, cette question du mobilier apparaît comme fondamentale. Il suffit de rappeler que Pascal Paoli va consacrer la somme importante de 631 écus pour le mobilier de la salle du conseil et des salles de réception du Palazzu naziunale.