Image collection header

Malmaison à travers 30 oeuvres

Fin du XVIIIe - début du XIXe siècle
Charles VII écrivant ses adieux à Agnès Sorel RMN
Charles VII écrivant ses adieux à Agnès Sorel
Huile sur toile

Charles VII écrivant ses adieux à Agnès Sorel

Ce tableau est la répétition autogrpahe d'une oeuvre aujourd'hui conservée dans une collection particulière russe; cet original avait été acheté par l'impératrice Joséphine en 1805, en pendant de Valentine de Milan, le premier tableau du courant "troubadour" du même Richard.

L'anecdote du tableau est la suivante: Charles VII, partant pour la guerre contre les Anglais, écrit de la pointe de son épée ses adieux à sa maîtresse, sous la forme d'un poème, sur une dalle du sol de sa chambre. Le peintre évoque la campagne menée en 1450 par le roi de France pour reprendre aux Anglais leurs dernières possessions de Normandie et en Guyenne; c'est au cours de cette campagne que la maîtresse royale mourut brutalement, ce qui donne à ce tableau un sens tragique, du moins pour qui est connaisseur de l'histoire médiévale. Les peintres de ce courant étaient souvent passionnés par cette époque, qu'ils traduisaient dans des oeuvres inspirées tout à la fois par leur formation classique dans l'atelier de David et par leur goût pour les peintres hollandais et flamands.

L'impératrice Joséphine fut sinon le premier du moins le principal mécène de ce courant; elle acquit jusqu'à la fin de sa vie ces oeuvres inspirées par les anecdotes sentimentales tirées du passé national. Ce faisant, elle tentait de faire appel aux jeunes artistes qui s'essayaient à ce genre, sans exclusive aucune, bien que Richard eût été le premier et le plus important d'entre eux.

 

A. P.

Autres collections

mosaic pavements

Dernières acquisitions

Tapisserie Joséphine, portrait en pied dans la toilette d'intérieur

Des étrennes à Malmaison