Image collection header

Malmaison à travers 30 oeuvres

Fin du XVIIIe - début du XIXe siècle
Madame Bonaparte RMN
Madame Bonaparte

Le grand portrait de Mme Bonaparte figura au Salon de 1801 (il y fut envoyé avec quelque retard, probablement afin d'être mieux remarqué); il fut ensuite accroché, dans un premier temps, au palais de Saint-Cloud, puis dans la salle du Conseil de Malmaison, à droite de la cheminée, en pendant d'un portrait de la reine Hortense et de ses enfants. Il quitta la France pour Munich, à la suite du prince Eugène exilé, et se trouve aujourd'hui au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Le tableau de Malmaison est, en fait, la répétition livrée par l'atelier de Gérard pour être tissée en tapisserie aux Gobelins; cette pièce, achevée en 1809, fut offerte par l'Empereur, en janvier 1811, à la reine Hortense pour ses étrennes (elle se trouve, elle aussi, aujourd'hui à Malmaison).

On a longtemps daté ce tableau de 1807, pensant que le décor était celui de la grande galerie du château, achevée vers cette date; il n'en est rien et l'on peut retrouver dans ce décor, fait "de chic", un certain nombre d'éléments réutilisés par Gérard dans bien d'autres portraits. La parenté avec le célèbre portrait de Juliette Récamier par le même Gérard, presque exactement contemporain, n'est pas due au hasard; ces deux égéries du Directoire sont montrées par le peintre dans un cadre qui, s'il n'est pas une représentation exacte de leur appartement, met en valeur leur personnalité à l'aide de quelques accessoires choisis; ici, c'est un simple bouquet de fleurs, précurseur du goût de l'impératrice pour la botanique, posé sur un confortable canapé; ce dernier, probablement une invention du peintre, parut si élégant qu'il fut repris dans le recueil des Meubles et objets de goût de La Mésangère, véritable arbitre des élégances.

 

A.P.

 

Autres collections

mosaic pavements

Dernières acquisitions

Tapisserie Joséphine, portrait en pied dans la toilette d'intérieur

Des étrennes à Malmaison